16/12/2010

Femme corps sous l'emprise des marchants de chair.


Les Femmes-Corps de Lerotimor



Dédié à ceux qui souffrent sans en connaître la raison,
Autre qu'exister, dans un Monde à l'abandon.
  
Corps de femme, regarde les vagues
Au loin un navire à la coque lourde
Bras musclés aux mains sans bagues
Les hommes violents m'ont rendu sourde

 






Quand vient l'heure du grand marchandage
L'or et l'argent volent les corps d'enfants
Sous les yeux fuyants des nobles passants.  
Commerce ignoble des chaines et des cages.
Je vends mon corps par lassitude.
La nature humaine à pour habitude
De changer l'or du cœur des femmes en pierre
Commerce légal des monstres, marchands de chair
Au grand bazar du vice et des servitudes









 Passive et impuissante face à la cruauté
J'ai suivit mon homme là ou il le voulait
Regrets, blessures et amertume
Brisée au fer, soumise.
J'ai le gout du sang de l'enclume
Cruelle terre promise.












Je suis lasse de cœur, j'ai mal
Naguère j'avais combattu pour Korüne
A tes cotés Drena j'ai fait danser l'épée
Défendu et cru en ton idéal.
Un monde ou les Femmes ne sont qu'une
La guerre pour une cité en paix.








J'ai suivit un homme, un grand mal
J'ai but ses paroles et fuit ma terre natale
Je n'ai pas d'excuses, que des regrets.
Pardon Sualomée
Le cœur des hommes n'est pas prêt.
Approche lointain navire
Je porte la mort dans mon sourire.
Ivre de rage, je viens venger mes sœurs
Pour toi  Drena. regarde moi.










Un corps perdu, cause des ravages
En feu et flammes, voiles de la mort
Je suis une Torche de chair sans remords.
Du fer en fusion fait sombrer ma cage
Noirs pirates rejoignez le Gouffre
Là ou l'éternité est, Sang et Souffre.
 
         
Repose en paix Aimée de Toutes .Tu as choisis la Mort.
Au sombre destin, croisé sur ta route
Tu as fais de ton Corps
Vendue et à la merci des Joutes
L'Arme du Feu Phare Vengeance de Lerotimor.
Puisse un jour dans le vieux Port. 
Cesser les enchères des Marchands de Corps
Femme corps sous l'emprise des marchants de chair
Myspace Comments