19/04/2011

Pédophilie d'état

 

Les réseaux de l'horreur.
Affaire des CD rom de zandvoor

 

Il y a à peine vingt ans, il était difficile de concevoir l’existence de la pédophilie. Il était inimaginable, à l’époque, de croire qu’il y aurait pire !

Aujourd’hui, les affaires se multiplient montrant l’existence de ce qu’il serait judicieux d’appeler "Pédophilie d’État", à savoir qu’ « un certain nombre de “notables”, politiques, magistrats et hauts fonctionnaires, disposant de pouvoirs institutionnels conséquents, participent, par le biais de système mafieux, a des rassemblements ou sectes sataniques et criminelles qui utilisent le sexe et ses dérives les plus perverses, de crime organisé, d'enlèvements d'enfants, de viols, de prostitution, de chasse d'enfant, de torture et de mise à mort collectif.

On parle là de milliers d'enfants.

Comment la protection des enfants s'arrête là où commence les intérêts de certains adultes "hauts placés"?????

J'ai visionné les 11 vidéos, c'est l'affaire la plus effroyable de criminalité organisée jamais mise à ce jour.

Attendez-vous au pire.

Ce que vous allez découvrir est épouvantable à tous les niveaux.

Tout cela pour un commerce absolument épouvantable:

Les réseaux de l'horreur.

Un documentaire complet traitant du plus grand des tabous :

les réseaux ou plutôt LE réseau international de pédocriminalité.

Car ils sont tous connectés entre eux (Dutroux, Emile Louis, Alègre, etc).

WARNING : DOSSIER ROUGE
Les dossiers de cette rubrique sont éprouvants.
Vous les consultez sous votre propre responsabilité.

Réalisation : Stan Maillaud et Janett Seemann
Durée : 3h30

[dailymotion id=xefmg3]

Pour voir la suite cliquez ici

Même si l'on n'en sort pas indemne, il faut voir la vérité en face.

Nous pouvons tous faire quelque chose, ne serait-ce que faire circuler ces enquêtes afin que le plus de monde possible sache.


 

 

16/12/2010

Internet en danger‏ CENSURE




Aujourd'hui, les membres du Parlement vont adopter les premiers articles d'une nouvelle loi répressive sur la sécurité qui instaurent une censure consistant à filtrer des sites internet. Si nous soulevons une vague massive de pression citoyenne partout en France, nous pourrons obtenir le rejet de ce texte dangereux. Envoyez un message urgent:

Envoyez un message


Dans les prochaines heures, les membres du Parlement vont adopter les premiers articles d'une nouvelle loi répressive sur la sécurité qui instaurent une censure consistant à filtrer des sites internet
 une attaque dangereuse contre notre libertés démocratiques fondamentales.

Ceux qui défendent ces mesures prétendent qu’elles aideront à lutter contre la pédopornographie mais ils ont tout faux: des groupes de citoyens et de lutte contre la pornographie infantile ont dénoncé la loi en indiquant qu’au contraire elle contribuerait à aggraver le trafic sexuel des enfants. Et leurs propositions alternatives n’ont pas été prises en compte par la majorité au pouvoir.

Le but réel qui se cache derrière ce texte est de réduire la liberté offerte par internet, outil permettant d’exposer au grand jour les abus de pouvoir ou la corruption.

Dans le monde entier, les gouvernements sont en train de s’en prendre au site WikiLeaks et de réprimer les libertés offertes par internet. A nous de protéger notre démocratie et les défenseurs des enfants  si nous soulevons une vague massive de pression citoyenne partout en France, nous pourrons obtenir un vote allant dans le bon sens!

Les Parlementaires ont 24 heures pour rejeter cette mauvaise proposition -- cliquez pour envoyer un message urgent, puis faites-le suivre à tous:


http://www.avaaz.org/fr/france_internet_freedom/?vl

Le gouvernement français s'abrite derrière des objectifs de sécurité et de lutte contre le crime pour introduire des régulations sévères remettant en cause la liberté d’expression. La semaine dernière, le Secrétaire d’Etat à l’Economie Numérique Eric Besson à appeler à interdire Wikileaks des serveurs français, et ce sans tenir compte de la procédure légale prévue pour ce genre de décision.

Et de nouvelles mesures ciblées ont été réintroduites dans les dernières jours du débat sur la  Loi d'Orientation et de Programmation Pour la Sécurité Intérieure (LOPPSI). Ces mesures prévoient donc le filtrage et le blocage administratifs de sites internet offrant des contenus pédopornographique -- mesures prises sans contrôle judiciaire. Et elles ne prévoient aucune période d’expérimentation permettant de voir si le dispositif fonctionne. Pourtant un dispositif similaire a été récemment abandonné en Allemagne suite au filtrage abusif de nombreux sites en règle et les autorités ayant constaté que ces mesures fragilisaient le combat crucial contre le trafic sexuel des enfants.

Les experts spécialisés dans la protection des enfants indiquent en effet que l’approche visant à censurer le web ne fait que renforcer le pouvoir des réseaux criminels du trafic sexuel, car ces réseaux savent très bien comment contourner les blocages et les filtres, alors que l’accent devrait plutôt être mis sur la prévention. Ces préoccupations ont conduit des Parlementaires européens à s’opposer à des méthodes de filtrage du net similaires -- mais en France le gouvernement et le parti majoritaire ont refusé de considérer quelque amendement que ce soit à l’article concernant le filtrage du net.  


Au final, cette proposition ne vise pas la protection des enfants -- elle vise à instaurer un contrôle de l’expression sur internet. Nous avons 24 heures pour empêcher le Parlement de mettre à mal cette liberté fondamentale et de saper les efforts réels de lutte contre le trafic des enfants. Cliquez ici pour envoyer un message urgent:

http://www.avaaz.org/fr/france_internet_freedom/?vl

Avec espoir, Ben, Benjamin, Alice, Ricken, Milena, Mia, Pascal et le reste de l’équipe d’Avaaz

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE FILTRAGE INTERNET ET LA PEDOPHILIE CLIQUEZ ICI

03/06/2010

Reportage "le fichier de la honte", L'affaire Gerrit Ulrich



 
    


470 photos d’enfants en 2000,

10 ans aprés nous en sommes à plus de 93 000 photo d'enfants .

Des garçonnets, des fillettes, des pré-ados.

Parfois, des bambins de deux ou trois ans.

Certain porte encore des couches.

Visages insoutenables.

Le tableau de chasse de trafiquants pervers. Photos récentes ?

S’agit-il d’enfants disparus depuis des mois, voire des années ?

Mineurs, étrangers clandestins échappant au maillage de leurs parents ou des services sociaux et des éducations nationales ?

Progénitures prostituées avec le consentement de leurs parents ? Qui sont-ils ?

C’est peu dire qu’ils sont en danger. Sur de nombreux clichés,

on lit la souffrance, la peur.

Parfois un regard révulsé ou vitreux nous glace.

La jeune victime est-elle droguée ?

Est-elle encore en vie ? On découvre aussi des scènes de tortures…

Ces portraits font de nous les témoins d’un massacre,

dans une indifférence institutionnelle presque totale.

La chasse aux immigrés clandestins est une priorité.

Le démantèlement des réseaux pédophiles ne l’est pas,

dans aucun des pays européens.

Certes, les déclarations officielles abondent lorsqu'une affaire de pédophilie défraie la chronique.

Il s’agit alors de s’indigner et de rassurer l’opinion publique.

Mais les actes ?

Réalisé en 2000 par la police hollandaise, cet album de photos reste confidentiel, pour ne pas dire inexploité. Il contient pourtant les portraits de 14 pédophiles qui ont eu l’imprudence de se laisser filmer ou photographier en action. Qui sont ces violeurs ?

Pourquoi ne sont-ils pas activement recherchés ?

Les 470 visages d’enfants sont certes de qualité inégale, mais permettent souvent une identification précise. Parfois, c’est moins évident. Images floues, extraites de vidéos pédophiles. Inexploitables et trop anciennes, affirment certains enquêteurs. Étonnant renoncement. Les familles seraient parfaitement capables d’identifier leurs enfants disparus, même depuis plusieurs années.

Ce document démontre que le phénomène pédophile ne peut se réduire à la juxtaposition de faits isolés.

Il est massif. La police hollandaise a établi ce répertoire photographique

à partir d’un cédérom contenant plus de 10 000 images ou séquences pornographiques,

appartenant à un pédophile néerlandais domicilié à Zandvoort, Gerrit Ulrich.

Lequel a été assassiné en juin 1998 en italie.

Le pédophile assassiné, l’enquête a été vite arrêtée.

Les autorités néerlandaises ont même conclu, en avril 1999, que " la présumée filière " Zandvoort était " une piste vaine " et " qu’il n’existait aucune preuve directe de la production de pornographie enfantine à Zandvoort ". Autrement dit, Gerrit Ulrich n’aurait été qu’un amateur solitaire de " fruits verts ".

Les pédophiles récidivistes forment un microcosme.
Le non-démantèlement d’un réseau préfigure l’apparition d’une nouvelle filière. Les enfants, mais aussi les images de leurs viols et de leurs supplices, se vendent très cher. Selon l’expression d’un juge belge " la pédophilie, c’est d’abord le jouet des riches ". Un jouet devenu hyper sophistiqué. En deux décennies, on est passé de la photo à la vidéo puis aux flux d’images sans frontières sur Internet, avec une demande croissante d’images d’enfants de plus en plus jeunes, certains portent encore des couches.


Pourquoi un tel silence autour des réseaux pédophiles ?

L’omerta qui protège aujourd’hui les organisateurs de réseaux prépare les crimes de demain.


A VOIR SAMEDI 05 JUIN 2010  sur 13eme rue à 20h50

4 REDIFFUSIONS


Pas dispo pour les redifs cliquez ici pour voir l'émission


10 ANS APRÈS OU EN SOMMES NOUS SUR CE FICHIER NOMMÉE "LE FICHIER DE LA HONTE" Karl Zéro et Serge Garde, le journaliste qui a révélé l'existence du fichier en 2000 dans le quotidien l'Humanité, ré-ouvrent ce dossier particulièrement troublant.



Myspace Comments